Journée mondiale d’action contre la guerre (d’occupation en Irak)

  • 13 juin 2019
Journée mondiale d’action contre la guerre (d’occupation en Irak)
La ville de Bagdad était considérée comme le Paris du monde arabe en termes de culture, d'art, de science et d'éducation. La destruction de toutes ces infrastructures sociales et économiques en Irak par l'invasion américaine, ainsi que le meurtre systématique d'universitaires et le démantèlement d'institutions étatiques ont eu pour but de dissiper toute résistance à la pénétration économique impériale et au contrôle absolu des multinationales et autres sociétés occidentales. Ce plan diabolique est analysé par le professeur James Petras, qui nous explique les forces, stratégies et autres intérêts qui ont délibérément participé au démembrement de la société irakienne. La journée mondiale d’action contre la guerre d’occupation en Irak est célébrée le 19 Mars de chaque année. 16 ans après l'occupation des Etats-Unis, une grande partie de la population vit en dessous du seuil de pauvreté en Irak,  bien qu'il s'agisse du septième pays du monde avec la plus forte production pétrolière. C'est l'un des pays les plus militarisés du monde, avec plus d'un million de soldats et de policiers, et la spirale de la violence sectaire provoque, chaque jour, des milliers de déplacés internes, rendant de plus en plus probable la thèse d'une possible division du pays en trois États : un chiite, un sunnite et un autre kurde/chrétien. Aujourd'hui, plus personne ne remercie les Américains. A Bagdad, les barbelés, les postes de contrôle et les militaires séparent les quartiers chiite et sunnite. Il y a plus de murs de séparation à Bagdad que dans toute la Cisjordanie. Pour les étrangers en visite en Irak, il est difficile de croire qu'une vie normale puisse être menée dans cette situation. Mais pour les Irakiens, la mort est devenue monnaie courante. Après deux décennies de conflit, la violence fait désormais partie de leur vie. Cependant, seuls ceux qui ont souffert de la guerre vivent avec la détermination de parvenir à la paix.

L'occupation américaine en Irak

Les crimes de guerre commis pendant l'occupation se répètent. Des documents tels que les archives de la guerre en Irak, divulguées par Wikileaks en 2010, montrent des tortures et des exécutions par la police irakienne, tandis que des dizaines de civils morts sont éclipsés par des chiffres officiels. La politique de Washington consistant à politiser et à militariser les différences ethno-religieuses, à armer et à fomenter la rivalité entre les dirigeants ethniques, religieux et tribaux de sorte qu'ils soient toujours mêlés aux effusions de sang des uns et des autres, a contribué à détruire la résistance et l'unité nationale. La tactique " diviser pour régner " et le recours à des organisations religieuses et sociales arriérées est la pratique la plus courante et la plus connue lorsqu'il s'agit de conquérir et de soumettre un État nationaliste avancé et unifié. Briser un État national, détruire la conscience nationaliste et promouvoir des loyautés régionales, féodales et ethno-religieuses primitives exigeaient la destruction systématique des principaux fournisseurs de conscience nationaliste, de mémoire historique et de pensée scientifique et laïque. En provoquant la haine ethnique-religieuse, les mariages, les communautés et les institutions mixtes avec leurs liens professionnels durables et leurs amitiés personnelles d'origines diverses ont été détruits. "A aucun moment ils n'ont essayé d'exporter un système démocratique," dit Recondo. "Les intérêts à l'origine de l'invasion de l'Irak n'ont jamais été la défense des libertés, l'adoption de nouvelles lois ou la recherche d'un système plus juste, " ajoute-t-il. "Ce que cette manœuvre militaire tentait certainement de faire, c'était de s'emparer des richesses du pays et d'essayer de mettre en place des dirigeants en accord avec les intérêts des puissances étrangères ", explique l'analyste.

Enfants souffrant de malformations

La bataille de Fallouja en 2004 a été décisive. Elle a été décisive pour le sort des enfants nés après cette attaque, car de plus en plus de cas de décès, de cancers et de malformations congénitales sont enregistrés. "Pendant mon séjour en Irak, j'ai reçu de nombreuses plaintes de personnes qui avaient subi les effets des armes chimiques. Beaucoup de maladies sont apparues qui n'existaient pas auparavant : des enfants sont morts avec des malformations, des handicapés", dit Taher Boumedra, ancien chef du bureau des droits de l'homme de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI). Les médecins attribuent l'augmentation des cas au phosphore blanc et à l'uranium appauvri que les troupes américaines auraient utilisés pendant les bombardements.

Pour finir

L’analyste international Chente Recondo estime qu'il est évident que les pays occidentaux ne cherchaient pas à imposer des libertés ou des valeurs démocratiques, mais à saisir les ressources naturelles du pays et à établir un leader en phase avec les intérêts des gouvernements.
Personne ne sait avec certitude combien d'Irakiens sont morts à la suite de l'invasion américaine il y a 16 ans. Selon certaines estimations crédibles, il serait supérieur à un million. Vous pouvez relire cette phrase. Aux États-Unis, on dit souvent que l'invasion de l'Irak a été "une bévue" ou même "une erreur colossale" ; c'était un crime. Ceux qui l'ont commis sont toujours en liberté. Certains ont même été réhabilités grâce aux horreurs de Trumpism et à une citoyenneté largement amnésique (il y a un an, j'ai vu Bush sur The Ellen DeGeneres Show danser et parler de ses peintures).
Personne  n’aurait jamais cru que l'Irak pourrait être pire qu'il ne l'a été sous le régime de Hussein, mais c'était l'aboutissement de la guerre américaine et son héritage pour les Irakiens.

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide