Journée internationale de lutte contre les violences policières

  • 4 juin 2019
Journée internationale de lutte contre les violences policières
Depuis 1997, des groupes du monde entier appellent à des actions pour la Journée (15 Mars) contre la brutalité policière . Et chaque année, le problème revient encore et encore. Pour nous concentrer sur la question et attirer l'attention des gens, nous nous joignons également à l'appel à l'action. La journée internationale contre la brutalité policière a été initiée par le C.O.B.P. (Montréal, Canada) et l'anarchiste "Black Flag" (Suisse) en 1997. La date rappelle l'agression brutale de deux enfants âgés de 11 et 12 ans commise par la police suisse le 15 mars 1996. Depuis lors, le 15 mars marque le jour où les gens du monde entier descendent dans la rue pour lutter contre la brutalité policière et pour se souvenir de ceux qui ont perdu la vie et organiser la résistance contre elle. En Allemagne, cette journée n'est pas vraiment connue des militants politiques. Cependant, depuis 2015, Kampagne für Opfer rassistischer Polizeigewalt appelle à des actions à Berlin pour lutter contre la brutalité policière raciste. Outre la violence typique des flics lors des manifestations - qui est bien connue des militants antifascistes et anarchistes - les gens sont confrontés quotidiennement à la brutalité policière dans ce pays en raison de la couleur de leur peau, de leur mode de vie, de leur milieu économique ou social. De nos jours, il est facile d'imaginer des attaques policières contre les pauvres, mais elles se produisent rarement contre les riches et les personnes influentes.

En France

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police.

Aux Etats Unis

Aux États-Unis, au fil des ans, le pouvoir collectif du peuple, dirigé par des communautés directement touchées comme Black Lives Matter, est descendu dans la rue pour réclamer la fin de la violence policière. Cependant, les États-Unis manquent encore cruellement de solutions réelles pour la réforme de la police. Les enquêtes sur la violence policière sont souvent menées au sein même des services de police, et le public a peu accès aux dossiers d'inconduite. Les forces de police sont encore fortement militarisées, mieux équipées pour une zone de guerre qu'un quartier. La collecte de données est une autre partie du problème. Sans que les États-Unis ne recueillent d'informations sur le moment et le lieu où des personnes ont été tuées, les journalistes ont dû prendre les choses en main, et des organes indépendants rapportent que plus d'un millier de personnes ont été tuées par les forces de l'ordre au cours de la seule année dernière.

Le phénomène violence

Les combats contre les violences policières, contre les injustices sociales, contre le racisme et tellement d’autres causes font des quartiers populaires des « gilets jaunes » malgré eux. Dans ce contexte, des collectifs et des familles de victimes de crimes policiers se battent pour obtenir justice et pour que la vérité éclate sur les circonstances de la mort de leurs proches entre les mains de la police. La violence des autorités détruit les communautés locales et crée une situation où l'initiative est punissable non seulement d'amendes et de jours d'emprisonnement, mais aussi de coups et de torture ! Aujourd'hui, beaucoup de ceux qui vivent en Biélorussie ont peur quand ils voient un policier : regardez mal le gardien du bâton et vous pourriez prendre la pose d'une hirondelle* dans un poste de police. Et si la violence contre les militants politiques a diminué dans une certaine mesure par rapport au XXe siècle, aujourd'hui, la violence contre les gens ordinaires ne fait qu'augmenter, par indifférence et par manque de solidarité. D'un bout à l'autre de la planète, nous avons de nombreux exemples de la façon dont la violence policière n'est pas seulement utilisée à ce qu'on appelle les " niveaux nécessaires ", mais aussi pour empêcher les masses de manifester et d'exiger leurs droits. Les exemples des États-Unis, de l'Espagne, de la France,  du Sri Lanka et de bien d'autres pays en témoignent.

Des solutions

Quels sont nos outils pour lutter contre la brutalité policière ? En plus de l'autodéfense active contre les porcs, c'est, bien sûr, l'attraction de l'attention des gens sur le problème, la formation du dégoût et du mépris pour les punisseurs dans la société. Pour ce faire, des outils tels que des graffitis, des dépliants, des autocollants et toute autre forme d'agitation visuelle sont appropriés. Et aussi, bien sûr, la diffusion d'informations sur la brutalité (et la lutte contre elle) sur Internet. Nous devons faire exister cette journée internationale contre les violences policières pour :
  • Dénoncer les actions et pratiques violentes de la police
  • Dire que nous n’oublions pas
  • Dénoncer les médias et la justice qui salissent la mémoire des victimes
  • Pour que les familles de victimes n’aient plus à se battre
  • Dénoncer l’impunité dont les "gardiens de la paix " bénéficie
  • Pour faire entendre la Vérité et que les familles et les victimes obtiennent justice & réparation

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide