La Journée Mondiale de l’intelligence animale

  • 4 avril 2019
La Journée Mondiale de l’intelligence animale
Le 2 février est la journée mondiale de l’intelligence animale. L’occasion de rappeler que les animaux non humains qui partagent la planète avec nous doivent être considérés à leur juste valeur : des êtres sensibles qui ne méritent nullement le traitement que l’humanité leur inflige actuellement. Initiée par Yolaine de la Bigne, journaliste, l’initiative de cette journée a vu le jour la première fois en 2018. Elle permet de mettre en lumière les découvertes scientifiques récentes qui révèlent l’intelligence des animaux, leurs talents, leur empathie ainsi que leur sagesse.

Etudes sur l’intelligence de l’animal

Les humains se distinguent des autres animaux de plusieurs façons, y compris par leur capacité à fabriquer des outils. Lorsque l'anthropologue Jane Goodall a découvert que les chimpanzés sauvages fabriquent et utilisent fréquemment des outils, son conseiller Louis Leakey a dit en riant que " maintenant nous devons redéfinir l'outil, redéfinir l'homme ou accepter les chimpanzés comme humains ". Décider si un animal est intelligent ou non n'est pas une question simple. Chaque espèce et chaque classe a un système nerveux et un développement cérébral qui déterminent les fonctions ou les capacités qu'elle sera capable de développer au cours de son existence, et beaucoup n'ont rien à voir avec la façon dont nous comprenons l'intelligence humaine. Comment savoir si un dauphin est intelligent ou non ? Les scientifiques s'appuient souvent sur des concepts tels que la conscience de soi, la capacité d'apprendre des autres, des relations sociales plus ou moins complexes, l'utilisation d'outils pour faciliter leur survie ou leur capacité à communiquer et à s'organiser comme autant de points qui peuvent déterminer l'intelligence d'une espèce. De nombreuses autres espèces se sont jointes aux chimpanzés pour faire tomber les humains de leur piédestal. Le crabe boxeur utilise des anémones piquantes comme armes défensives. Les alligators américains placent des bâtons sur leur museau pour attraper les aigrettes pendant leur saison de nidification, lorsque les bâtons deviennent une ressource précieuse. Les perroquets utilisent fréquemment une variété d'objets pour se gratter. On a déjà vu un geai et un corbeau utiliser des bâtons comme armes pour se frapper l'un contre l'autre. Les éléphants taureaux lancent parfois de jeunes éléphants sur les clôtures pour créer un passage. Parce que les animaux ne savent ni lire ni parler, leur aptitude est difficile à discerner et encore moins à mesurer. Ainsi, les psychologues comparés ont inventé des tests basés sur le comportement pour évaluer les capacités des oiseaux et des mammifères à apprendre et à se souvenir, à comprendre les nombres et à résoudre des problèmes pratiques. Les animaux de toutes sortes, mais surtout les primates non humains, obtiennent souvent de bonnes notes à ces tests de QI orientés vers l'action.

Les différences d'intelligence entre les animaux

Pendant la Première Guerre mondiale, le psychologue allemand Wolfgang, par exemple, a montré que les chimpanzés, confrontés à des fruits suspendus à un haut plafond, avaient trouvé un moyen ingénieux de les obtenir : ils empilaient des boîtes sur lesquelles ils pouvaient se tenir pour atteindre les fruits. Ils ont également construit de longs bâtons pour atteindre la nourriture à l'extérieur de leur enclos. Les chercheurs savent maintenant que les grands singes ont une compréhension sophistiquée de l'utilisation et de la construction des outils. Les psychologues ont utilisé de tels tests comportementaux pour mettre en lumière des exploits cognitifs similaires chez d'autres mammifères ainsi que chez des oiseaux. Les pigeons peuvent faire la distinction entre les visages masculins et féminins et entre les peintures de différents artistes ; ils peuvent aussi regrouper les images en catégories telles que les arbres, en sélectionnant celles qui appartiennent à une catégorie en picorant avec leur bec, une action qui apporte souvent une récompense alimentaire. Les corbeaux ont des capacités intellectuelles qui bouleversent les idées reçues sur le cerveau. Les écologistes du comportement, par contre, préfèrent juger les animaux en fonction de leur intelligence de la rue, c'est-à-dire de leur capacité à résoudre les problèmes liés à la survie dans leur habitat naturel, plutôt qu'en fonction de leurs talents à passer des tests. De ce point de vue, le renseignement est un ensemble de capacités qui ont évolué en réponse à des environnements particuliers. Certains scientifiques ont en outre proposé que la flexibilité mentale ou comportementale, la capacité de trouver de nouvelles solutions aux problèmes, est une autre bonne mesure de l'intellect animal. Chez les oiseaux, les hérons verts jettent occasionnellement un objet dans l'eau pour attirer des poissons curieux, une astuce qui, selon les ornithologues, a été réinventée par des groupes de ces animaux vivant dans des endroits éloignés. Même les poissons font preuve d'une remarquable intelligence pratique, comme l'utilisation d'outils, dans la nature.

L’intelligence animale vue par l’être humain !

Aujourd'hui, la situation a beaucoup changé, à tel point que l'homme a montré un grand intérêt pour les habitudes, le comportement et les capacités des animaux et a rencontré une réalité fascinante, car il a découvert que les animaux sont capables de fonctionner dans un ordre et une organisation préétablis vers un but commun, qui est de perpétuer leur espèce. Pour y parvenir, ils utilisent toutes les ressources que la nature leur a données. Évidemment, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que ces développements évolutifs soient les mêmes pour toutes les espèces. Un exemple : le sens de l'odorat des chiens est très développé car leur existence dépend de ce système pour pouvoir se procurer leur nourriture et aide aussi à détecter des situations de danger (peut détecter des décharges d'adrénaline d'un ennemi potentiel). D'autre part, les petits singes ont développé une taille mince, sont très rapides et agiles et ont des mains, des pieds et des queues très étendues avec la capacité de s'accrocher à n'importe quelle structure (branches d'arbre) qui leur permet de se soutenir et ainsi sauver des vies. Chaque espèce est dotée de certaines caractéristiques très spécifiques qu'elle doit utiliser au maximum pour pouvoir subsister sur la planète. Au-delà du manque d’informations et de l’ignorance qui plane sur les populations du monde entier, la nécessité d’événements tels que celui-ci paraît de plus en plus évidente.

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide